Le soleil

IMG_0548« Ôte toi de mon Soleil », disait le philosophe Diogènes à Alexandre le Grand en réponse à sa demande s’il souhaitait quelque-chose. Cette scène se produisit en 336 avant JC, mais marque toujours les esprits.

Cet astre gigantesque de 1,4 millions de kilomètres de diamètre, régule nos vies depuis la nuit des temps. Imaginons qu’un beau matin le soleil ne se lève plus et une nuit éternelle s’installe sur la Terre… Les arbres et les plantes ne pourront plus absorber de l’énergie solaire, et donc, la photosynthèse devient impossible. Et c’est grâce à l’activité photosynthétique que l’atmosphère s’enrichie en oxygène et nous, les humains, respirons! Le scénario catastrophe qui pourrait, hélas, devenir la réalité d’ici quelques 5 à 7 milliards d’années, selon les scientifiques. La date paraît très lointaine, mais tout est relatif face à l’infini de l’Univers. A titre d’exemple, la formation de notre Galaxie, la Voie lactée, est estimée à environ 13 milliard d’années.

Depuis le début, l’humanité vénérait cette étoile lumineuse. Dans l’Egypte antique le dieu soleil Râ était la divinité suprême. Les pharaons s’identifiaient à cette divinité solaire pour appuyer leur pouvoir. En Grèce, Apollon et Hélios personnifiaient ce corps céleste, avec la région de Delphes qui est le centre universel du culte d’Apollon. Le dieu Surya, qui vient de la tradition védique, représente le soleil en Indes. Dans le shintoïsme le soleil est personnifié par une déesse – Amaterasu dont le symbole figure sur le drapeau japonais. Enfin, le panthéon des dieux slaves connaissait quatre dieux, associés au soleil – Yarylo, incarnerait le soleil printanier, Dajbog était le soleil d’été, Svarog signifiait le soleil automnale et Hors symbolisait le soleil hivernal.

Le soleil inspirait un grand nombre de personnalités historiques et d’écrivains. Plusieurs ouvrages portent son nom et pour n’en citer que quelques-uns: Tomassi Campanella écrit une utopie « La Cité de la soleil », Albert Camus – « La postérité du soleil », Yokio Mishima composa un roman « Le soleil et l’acier ». Louis XIV choisit le soleil comme symbole, en accord avec son devise « Au dessus du reste des hommes ». Un jour, il tint le rôle d’Apollon dans un costume évoquait le soleil et ses courtisans le baptisèrent « le Roi-Soleil ».

Je t’adore, Soleil ! ô toi dont la lumière,
Pour bénir chaque front et mûrir chaque miel,
Entrant dans chaque fleur et dans chaque chaumière,
Se divise et demeure entière
Ainsi que l’amour maternel !

Edmond ROSTAND « Hymne au soleil »

Le soleil évoque la puissance, la vérité, la gloire, le bonheur, l’espoir. Cet étoile se mesure à l’étendue grisante de l’éternité. Simple évocation de son âge – environ 4,5 milliards d’années – relativise la notion du temps. Grandiose, magnifique, majestueux, incontournable. Toutes les épithètes peuvent lui convenir. Les générations, les peuples, les civilisations se succèdent toujours sous le même soleil. Cette démesure intemporelle permet de nuancer toutes les péripéties de la vie. Quoiqu’il arrive, le soleil brillera. Vive la vie, vive le soleil!

IMG_0546

Recettes dominicales – healthy food

IMG_0401.JPG

C’est le dimanche et nous sommes parfaitement en droit d’avoir quelques instants du plaisir gustatif.😃😋
Vu que je suis une fille géniale et généreuse, sans parler de ma modestie légendaire (au passage, ça va les chevilles… pas de problème d’enflure en vue, hein 😉 , je vous propose deux recettes pour le prix d’un.

Donc, une recette à base des légumes très sympa et une autre recette des petits gâteaux pour sucrer votre quotidien. 🍽

Alors, c’est parti:
Une recette végétale d’origine slave, très facile à concocter, pour égayer vos papilles.

Ingrédients:

1 courgette
1 poivron rouge🌶
emmental râpé
1 cuire à soupe de l’huile
sel, estragon ou fines herbes
et c’est tout!

1. Nettoyez la courgette et enlevez ses épluchures
2. Nettoyez le poivron, découpez-le et enlevez ses graines
3. Découpez la courgette en rondelles et le poivron en lamelles et déposez les dans un plat pour cuisson de manière suivante:

IMG_0392
4. Assaisonnez votre plat avec vos herbes aromatiques préférées et avec un peu de sel.
5. Saupoudrez votre préparation de l’emmental râpé bien à volonté:

IMG_0391.JPG

6. Couvrez votre plat avec un papier d’aluminium afin d’éviter tout risque de brûler vos légumes.
7. Allumez votre four à 150°C et déposez votre plat.
8. 40 minutes plus tard vous pouvez sortir votre plat et procéder à sa dégustation!

IMG_0393.JPG

Et maintenant, le dessert! 🍪

Ingrédients:

200 grammes de la farine
200 grammes du sucre
200 grammes du beurre salé
3 œufs
quelques graines de pavot, 2-3 gouttes d’arôme liquide de fleur d’oranger, un chouïa de cannelle

1.Dans un saladier mélangez bien le beurre et le sucre (moi, les dimanches, je suis une fille trop paresseuse occupée, j’utilise, donc, un mixeur).
2. Ajoutez progressivement les œufs
3. Incorporez la farine dans ce mélange
4. Ajoutez les graines de pavot, de la cannelle et l’arôme de fleur d’oranger en continuant à remuer.

IMG_0396.JPG
5. Pétrissez pour obtenir un aspect homogène.
6. Répartissez votre préparation, à l’aide d’une cuillère à soupe dans des moules choisis (pour privilégier la facilité, j’utilise les moules en silicone).

IMG_0395.JPG
7. Enfournez à 200 degrés pendant une quinzaine de minutes
8. Saupoudrez avec un peu de sucre glacé et servez froid!

IMG_0398

Bon appétit et n’hésitez à me dire votre opinion! 💋

 

La liberté

IMG_0373

La liberté est un art. Un art de vivre, rare et précieux. La liberté est un rêve. La recherche de sa réalisation est un pas vers le bonheur, car le bonheur est l’incarnation de la liberté. La liberté est une drogue. Une sorcellerie qui rend accro celui tombé dans la marmite de cette potion magique. La liberté est une reconquête de soi-même. Une victoire sans faille. La liberté d’être libre ne s’improvise pas. C’est un travail acharné sur le chemin du bonheur. Avant tout, c’est un travail sur soi-même. Comment devenir libre? Comment apprivoiser la liberté? La route est longue, mais passionnante.

Le degré de la liberté est très variable. La subjectivité est le maître mot dans ce choix. La liberté de choisir son travail, sa nourriture, son partenaire, ses amis, son amour, sa maison…La liste peut être interminable. La liberté de penser à sa guise sans se faire du mal inutilement, d’exprimer son opinion sans nuire aux autres, de donner une réponse négative sans blesser autrui. Il y a tellement de nuances dans nos attitudes…Les écueils de notre existence sont parfois difficile à détecter. Chacun définit le périmètre de sa liberté, guidé par sa volonté et sa conscience.

La liberté est enivrante et gare à ceux qui en abuse sans limites. Les lendemains peuvent surprendre par la gueule de bois très sévère. Souvenez-vous d’Icare, le personnage de la mythologie grecque, qui étant grisé par la liberté de pouvoir voler avec des ailes fabriqués par son père, s’approcha trop du soleil. La chaleur de l’étoile fit fondre la cire contenue dans les ailes et le jeune aventurier trouva sa mort dans la mer qui porte désormais son nom (la mer Icarienne, située au sud-est de la Grèce). Ainsi, le dosage de la liberté doit être minutieux et raisonnable.

La liberté naît de l’harmonie. L’équilibre est fragile, mais cela la rendre encore plus attractive et recherchée. Les moments précieux procurent plus de bonheur que ceux, teintés de banalité. L’esprit libre est un esprit harmonieux. L’enthousiasme de cette quête produit le vibrato émotionnel. Le chant de la liberté réveille les gammes sensorielles et donne une tonalité de notre existence, bien en couleurs. L’hymne à la liberté devient l’ode à la vie.

La lucidité suprême, c’est d’admettre que l’envie de liberté vient de l’instinct prodigieusement animal. Comme la nécessité de respirer. Toutefois, cette appétence sauvage pour la liberté s’humanise à travers la délicatesse des sentiments et le contrôle de la conscience. Sans quoi, l’aspect bestial prend le dessus. La liberté harmonique, donc, est une liberté maîtrisée. Le contrôle de sa propre liberté permet de l’élever au rang supérieur. C’est cette suprématie, exquise et unique, qui donne le sens à l’Humanité avec un grand H.

IMG_0374

#liberté

 

Contemplation

Nous vivons dans un monde frénétique, hanté par un rythme de vie en accélération permanente. Les études, le travail, les objectifs, les regards des autres… La pression quotidienne est incessante. Comment trouver du temps au temps (si l’on veut paraphraser l’expression de Don Quichotte)? Quel remède contre cet envie de tout réussir? De quelle manière peut-on s’approcher graduellement du bonheur? Pourtant, une ébauche de réponse est devant nos yeux.

La contemplation. La simple prononciation de ce mot invite à ralentir, faire une pause. Arrêter le temps. Quel immense plaisir de se laisser bercer par la beauté rêveuse de la nature! Observer. Ressentir. Vivre. La splendeur poétique du monde nous révèle que la précipitation ne rime à rien. Apprendre à arrêter son regard sur des mille merveilles de l’univers. S’autoriser de ne rien faire pour mieux appréhender le sens de la vie. Apprivoiser les délices de l’existence. Absorber la joie éternelle.

Chaque brin d’herbe, chaque pétale de rose mérite notre attention. La beauté se cache dans des détails insignifiants et la contemplation est une invitation à complimenter la nature pour ses richesses inexplorées. Cette pause permet de prendre du recul. Comme par enchantement les couleurs deviennent plus vives, les sons plus intenses, l’harmonie se réveille en nous…Nos sens absorbent cette grâce et l’infinie magnificence du monde se reflète en nous comme dans un miroir.

Les plus beau souvenirs de la vie se composent des choses simples. Regarder les vieilles photos par un temps de pluie, lové dans un canapé et enveloppé dans un plaid. Boire une tasse du thé en écoutant sa musique préférée. Se réunir avec ses amis autours d’un verre d’apéritif (attention, à l’abus d’alcool, bien évidemment). Promener son chien sur un sentier de la forêt et savourer le calme et le silence. Danser jusqu’au bout de souffle et sentir chaque mouvement de son corps. Écrire et se faire ensorcelé par des mots, succomber sous le charme du langage.

« Contempler, c’est labourer; penser, c’est agir », écrit Viktor Hugo. Nous ne pouvons qu’être d’accord. La contemplation est un travail préparatif, indispensable à la compréhension de son environnement et de soi-même. Incontournable pour tout bipède qui se respecte. C’est un hommage révérenciel au bonheur de la vie. Un acte réfléchi qui sous-entend l’acceptation du mystère de la nature.

La contemplation est un voyage sans mouvement, un plaisir esthétique extrême, intensifié par la magie de l’instant présent. Un voyage éphémère, mais incontournable. Pour mieux comprendre le monde actuel et passé. Une pêche à la recherche de la vérité qui permet de harponner le sens de la vie. Un ticket vers une destination inconnue, un monde secret qu’on découvre au fur et à mesure de notre existence. Un monde intangible, mais fascinant.

Musique

IMG_0299Qui n’aime pas la musique ? L’histoire humaine se confonde avec celle de la musique. A l’aube de la civilisation, l’humanité pratiquait déjà la magie sonore, les chants rituels, l’expérimentation rythmique … Supplier le bonheur, exprimer la tristesse, exhorter les sentiments…Notre quotien est inpensable sans cet art omniprésent.

Il existe aussi une faculté d’édulcorer le côté monumental et affectif de la musique. Avec l’utilisation d’un peu d’imagination et d’humour, l’horizon des possibilités pratiques et décalées s’ouvrent à nous. 🤗

Les voisins altèrent votre repos bien mérité par le bruit de leur visseuse-dévisseuse/tondeuse/ou un autre machin-truc bruyant sans se soucier de vos états d’âme? Prenez les cours du violon. Ce type de vendetta est imparable. Personne vous accussera de faire du tapage intempestif (comment ça? mais c’est de la musique classique! quel bougre peut classer la musique classique dans la catégorie tapageuse? rien que l’idée peut paraître absurde, et pourtant…). Et voilà, une punition élégante et subtile.

L’anniversaire de votre copine chérie approche et vous n’avez aucune idée de cadeau? (D’autant plus que l’année dernière vous avez reçu de sa part cette magnifique chose quinesertarien pour mettre sur votre bureau dont le sens existentiel vous échappe toujours? Vous n’êtes pas rancunier(ère), mais quand même…) C’est l’attention qui compte, n’est pas? Et bien, lâchons nous. La composition d’un très spirituel morceau de musique en guise d’un cadeau, me paraît opportun comme solution. D’autant plus que vous prenez maintenant les cours du violon (cf. ci-dessus), alors c’est le moment de les rentabiliser.

Le destin s’acharne sur vous et à cause d’une malheureuse facture d’éléctricité non réglée, en rentrant chez vous, un soir, vous vous trouvez sans lumière, sans télé, sans internet? Catastrophe quoi. C’est là que l’héritage de votre grande-mère, le vieux piano Zimmerman, peut vous aider à écourter la soirée et apaiser votre esprit révolté. (Et comment! Vous allez rater votre série préférée, donc c’est décidé: le clavier noir-blanc supportera votre déssaroi légitime).

La musique peut s’avérer indispensable pour vous propulser sur le piédestal et vous cataloguer en tant qu’un être extramement cultivé. Chossisez une thématique et une époque inconnue du grand public. (exemple: le chant guerrier chez les assyriens.) Documentez-vous, approfondissez le sujet et le tour est joué. Il suffit de diriger habilement la conversation vers les goûts musicaux pour vous permettre briller en société. Au pire, vous pouvez saupoudrer votre monologue de quelques improvisations spontanées sans aucun risque d’être démasqué. (Franchement, qui connaît les secrets de la musique assyrienne, mis-à-part quelques initiés?)

Vous souhaiter distraire vos invités, ou au contraire, les faire partir le plus rapidement possible? Une fois de plus, la musique incarne la solution miracle.  Le choix s’offre à vous: leur mettre le disque de musique préférée ou s’emparer de votre immanquable violon 🎻. Certes, les cours, (depuis cette fameuse histoire avec vos voisins) ont été bénéfiques, mais n’exagérons rien.  Avec un peu d’aplomb, vous pouvez classer les sons émis par votre instrument entre ceux diffusés par un bébé éléphant et ceux, exhalés par un violon d’un quelconque Paganini. En somme, le génie sommeille en vous, mais cela ne saute pas aux yeux de tous, hélas.

Naturallement, ne prenez pas tous ces conseils au pied de la lettre (encore que rien ne vous oblige de les réfuter:) Surtout, amusez-vous et votre entourage musicalement, car la vie mérite d’être vécue avec plaisir.

 .                                          IMG_0678

Salade « Mimosa »

Bonjour mes amis,

Le week-end arrive et nous pouvons nous faire plaisir autour d’une assiette bien garnie. Je voulais rendre hommage à mes origines slaves et cuisiner une salade très populaire en Europe de l’Est. Alors, je vous présente la salade « Mimosa » :). Je vous assure que c’est un vrai régal et avec un robot électrique, la préparation ne prend pas beaucoup de temps.

Ingrédients:

2 boîtes du thon
Gruyère râpé ou parmesan
1 oignon
Estragon ou basilic
Mayonnaise

1) Préparer les œufs durs (10 minutes de cuisson dans l’eau bouillante);
2) Séparer les blancs des jaunes, découper finement les blancs et étaler les blancs sur un plat;

2
3) Écraser le thon à la fourchette ou dans un robot électrique et superposer la couche de thon sur les blancs d’œufs;

3
4) Hacher l’oignon et ajouter de l’estragon ou du basilic. Étaler la couche d’oignon par-dessus la couche de thon;
5) Napper les oignons d’une couche de mayonnaise;

5
6) Saupoudrer la préparation d’une fine couche de gruyère ou du parmesan;

6
7) Parsemer des miettes des jaunes d’œufs.

salade mimosa

Bon appétit!

Les p’tits plaisirs de la vie

La recherche éternelle du bonheur devient frustrante si le but est imprécis. La joie est fugace et la satisfaction est temporaire. Comment peut-on profiter pleinement de la vie? Pour ma part, la recette du bonheur est toute simple: savoir apprécier et savourer les petits plaisirs de la vie.

Bien évidemment,chacun est libre de faire sa propre liste.

Moi, je voulais partager mon « top 20 » personnel:

  • soirées en familles, avec un bon repas et les conversations enflammées ;
  • écrire pour partager mes pensées, mes passions, mes plaisirs (avec un espoir de distraire et de divertir mes lecteurs);
  • se lover dans un canapé ultra confortable et de se plonger dans la lecture d’un roman passionnant ;
  • se délecter de tout acte de création (composer une chanson, trouver un nouveau look, inventer une recette…) ;
  • prendre un bain aux huiles essentielles (avec des bougies allumées, pour les plus romantiques);
  • écouter de la musique ou jouer d’un instrument de musique (là, j’avoue que je suis assez éclectique, j’aime différents styles musicaux);
  • faire du shopping (et oui, je suis bien une fille, je ne peux pas le nier 🙂 ;
  • m’amuser avec mon chien (je trouve que les animaux domestiques nous procurent une profonde sensation du bien-être) ;
  • déguster les friandises ( à moi les bonbons, les fruits, le chocolat 🍭 !) ;
  • observer et admirer la nature (elle cristallise la quintessence de la beauté);
  • boire du thé vert, noir (je suis très inspirée de la cérémonie du thé japonaise qui procure la sérénité et l’harmonie intérieure) ;
  • la marche à pied, de préférence dans des endroits inconnus, à la recherche de découverte;
  • musarder sur la terrasse avec un apéro en main (à consommer avec modération, bien sûr!) ;
  • apprendre et comparer les mots de différentes langues (je vous assure, c’est une occupation tout à fait passionnante) ;
  • se bichonner (je pense qu’une petite dose de l’égoïsme quotidien, ça ne fait de mal à personne 💄) ;
  • varier mes activités (personnellement, je déteste la routine, mais je peux comprendre les gens qui trouvent un certain réconfort dans la répétions des gestes et des habitudes – cela peut être rassurant) ;
  • renouveler par de petites touches les détails de la déco de mon habitation ;
  • découvrir une nouvelle fragrance insolite (je suis assez accro, côté parfumerie) ;
  • écouter le chant des oiseaux  au coucher du soleil ;
  • contempler les vagues de la mer (quelle relaxation délicieuse!).

La liste n’est pas exhaustive. Vous voyez, mes petits plaisirs sont assez simples à réaliser. A condition d’y mettre tout son cœur et de rester sincère avec soi-même. Puisque la construction du bonheur commence par l’apprentissage de sa personnalité.

Et quels sont vos petits plaisirs à vous?

 

IMG_0290

Acacia

IMG_0234C’est le moment de la floraison des acacias ou « robinier pseudoacacia » de son vrai nom. Cette plante baptisée ainsi en l’honneur de Jean Robin, botaniste du roi Henri VI, fut introduite en France en 1601. C’est la cousine de différentes herbacées comme le pois ou l’haricot, car elle appartient également à la famille des Fabacées🌿.

Actuellement, nous pouvons nous promener sous les voûtes odorantes des acacias qui tendent leurs grappes de fleurs parfumées vers les promeneurs émerveillés. Cet arbre ornemental et exotique, venu de l’Amérique, est particulièrement apprécié des 🐝abeilles. La floraison de cette plante mellifère produit le nectar, transformé par ces insectes travailleuses en délicieux miel.

Aujourd’hui, j’ai concocté une tisane 🍵 en cueillant les fleurs d’acacia et j’ai ajouté une goutte de ce miel. 🍯 Un moment de détente fortement apprécié! Il est possible également de préparer les beignets avec ces grappes de fleurs.🌸 D’autant plus que cette plante possède les qualités médicinales astringentes, anti-inflammatoires, expectorantes, analgésiques et antispasmodiques.

En ce qui concerne les graines d’acacia, une fois torréfiées et moulues, elles peuvent être utilisées en cuisine, dans le salé et le sucré. C’est une épice qui permet de parfumer des glaces maison, 🍧 des biscuits, des sablés, des sauces, des marinades🍜. Attention, certaines variétés des graines d’acacias ne sont pas comestibles et peuvent être toxiques!

IMG_0278

La mélancolie du bonheur

IMG_0229La mélancolie du bonheur apparaît par temps de pluie. Après les rires homériques, l’euphorie des retrouvailles amicales ou amoureuses, l’intensité des aventures. Nous nous refermons comme dans un cocon confortable dans cette douce halte de l’existence. Paix et accalmie. L’arrière-goût du bonheur se déguste en solitude.

Le soulèvement des montagnes nécessité un repos du guerrier pour pouvoir reprendre du poil de la bête 🙂 Prendre le large, s’éclipser dans un silence salutaire, pour se préparer à affronter les méandres et délices de la vie. L’irréductible envie de bonheur doit se nourir de ces parenthèses mélancoliques, de ce calme avant la tempête.

La connivence des sentiments, un mélange savant de la joie apaisée et de la nostalgie non avouée, permet de rassasier et consoler notre esprit. La vie est multi-facette. La beauté de la vie est subtile.

Après tout, « la mélancolie, c’est le bonheur d’être triste », selon Victor Hugo. S’abondonner dans nos sentiments, pouvoir décortiquer l’essentiel de notre vie, s’offrir une pause bienveillante et s’accepter soi-même. S’accommodant à notre mélancolie, notre joie, notre oisiveté temporaire… Et puis, par temps de pluie, le soleil brille plus fort. N’oublions pas: la roue tourne.

IMG_0230

Love is…

IMG_0226« L’amour est enfant de bohème » chantait la belle Carmen dans l’opéra de Bizet. Mais qu’est-ce que l’amour en vérité? Plusieurs milliers de livres ont été écrits, des millions de chansons ont été composés pour vénérer l’amour. Elle est insaisissable, passionnante, grisante. Ce sentiment nous enthousiasme et nous fait pleurer, nous transporte au sommet du bonheur et nous jette aux abîmes du désespoir.

Quels sont ses ingrédients? Pour moi, l’amour se compose de:

  • regards timides, passionnés, protecteurs…
  • sourires heureux, sincères, généreux…
  • conversations enflammées et des intérêts partagés (les activités communes est la clé de voûte d’un couple réussi),
  • fleurs et petits cadeaux offerts sans aucune raison et spontanément,
  • matins paresseux, passés à côté de l’être aimé et blottie contre son corps chaud et rassurant,
  • repas conviviaux, partagés avec beaucoup de plaisirs,
  • projets de vie communs et audacieux,
  • fous rires, parce qu’on a le même sens de l’humour,
  • mêmes goûts culturels (c’est intéressant de cultiver la différence, mais à la longue, cela peut devenir fatigant),
  • capacité de trouver un compromis en cas de désaccord,
  • enthousiasme presque enfantin.

Et puis, la vie sans amour est insipide. Comme Aphrodite, la déesse de l’amour et de la beauté dans la mythologie grecque, née et sortie de l’écume de la mer, l’amour peut naître des choses insignifiantes, mais elle est toujours accompagnée par la beauté des sentiments.

IMG_0228.JPG