Le goût subtil des vacances : kaléidoscope des plaisirs

51B98C92-5CC4-43BA-AD87-44E9112B6591

Oh, le parfum enivrant des épines et de la résine, extorqué des sapins par le soleil chaleureux… La joie des vacances ! Le moment attendu depuis tant de mois. La liberté.

Cette fois je m’abandonnerai aux plaisirs des sensations simples, à la nonchalance de la contemplation. J’oublierai le rythme accéléré de la vie pour m’émerveiller devant la beauté authentique des choses. 

Le goût fondant et miellé du melon se mélange dans ma bouche avec l’arôme de vin rosé résolument fruité et enveloppant. Ce cocktail, estival par excellence, caresse mon palais, descendant langoureusement vers mes veines qui se réchauffent et palpitent de plaisir. Le calme et la tranquillité enveloppent mon être, bercé par la sérénade du grillon. Je savoure chaque instant de cette simplicité, intense et magique.  

Une fois le repas terminé, je me dirige vers le jardin. Qu’est-ce qui peut être plus apaisant que de s’allonger sur l’herbe et de regarder les déplacements affairés d’une fourmi ? C’est un moment unique pour trouver les similitudes entre sa propre vie et les démarches de ce petit insecte laborieux. Les pousses tremblantes de l’herbe émeraude ondulent au gré du vent. Quelques fleurs blanches, dont je ne trouve plus les noms dans les ténèbres de ma mémoire, exhalent une odeur suave et forte.  L’énigme éternelle de l’éternité s’exprime à travers l’exubérance de cette végétation à la fois énigmatique et familière.

Résolument, chaque instant de ces joies sans prétention peut devenir l’invitation au royaume du bonheur. Je savoure ces moments précieux et uniques, et j’essaie en même temps de les décrire. Devenir le narrateur du quotidien intensifie et amplifie le sens des gestes simples. La contemplation des sensations aiguise la réceptivité sensorielle. Analyser ses propres plaisirs est une tâche à la fois amusante et difficile. Amusante, car l’auto-observation offre parfois quelques révélations sur soi-même est difficile, car la subjectivité s’en mêle. 

C33F5CE7-67EB-4C2F-A41B-2283246B5D84

Comment prendre plaisir à des choses banales et triviales ? Ma recette à moi est de ralentir le rythme des mouvements, de sentir par tous les récepteurs de la chair chaque action, chaque déplacement de mon corps. Prenons la tâche – oh combien prosaïque, – le découpage des légumes. Cette action peut procurer un plaisir esthétique à condition d’y avoir  mis son âme. Tout est une question d’attitude. Les rondelles et les cubes, fins et épais,  apparaissent au gré des mouvements. Une matière se transforme en une autre comme par magie.  

Cette énigme éternelle de la transformation est fascinante. Imaginons un monde où les choses sont invariables, figées, déniées de toute mutation.  Ce serai un monde sans âme, sans pulsation de vie, ni même de mort, car même la mort dans notre monde tangible transforme la matière. 

Cette évolution des choses nous apporte un autre don exceptionnel. Celui de la mémoire. Voyager à travers ses souvenirs, retrouver les joies anciennes, c’est une parenthèse délicieuse du quotidien. Pour ma part, un des souvenirs le plus précieux et chéri est celui de l’enfance. 

Pour revenir en enfance il n’y a rien de tel que de regarder les nuages. Suivre leur parcours, imaginer leurs déplacements, rêver – je retrouve toutes ces sensations chères et oubliées une fois partie en vacances. Le temps se suspend. Les lions, les visages des clowns, les châteaux planent au dessus de ma tête. Plus je les observe, plus j’ai l’impression de revenir en arrière, et voilà une petite fille de six ans qui surgit à ma place, émerveillée par l’immuabilité de certaines choses dans un monde changeant. 

AF214F0F-5FD4-43A9-A48C-A81B2241C1C6

Par-dessus tous les plaisirs et rencontres vacancières, je réserve une place particulière à un rendez-vous incontournable. J’invoque la reine des reines, la mère des mères, le début et probablement la fin de la vie sur cette Terre, la mer. C’est vers toi  que convergent toutes mes pensées !

59BDD734-2E5E-4EEA-BC39-CD2C80E364B9

Tel un moine empruntant la route du pèlerinage, comme des milliers de mes semblables, je me dirige vers la plage pour contempler cette destination idolâtrée. J’entre dans le giron de l’océan, et je plonge dans l’état d’avant ma naissance. Bercée par les vagues, enveloppée par des courants tendres, je redeviens le fœtus dans le ventre de ma mère.

 Je ferme les yeux, et il ne reste plus que moi et la mer. Je ne suis qu’une goutte, une particule indétectable d’une entité gigantesque. J’ouvre les yeux et je suis éblouie par l’étincellement des myriades de petits soleils reflétés par la surface brillante, mouvementée et ondulée. Ces rayons transpercent la profondeur de l’eau comme pour pouvoir pénétrer au cœur de l’océan.

La couleur turquoise de la mer s’assombrie progressivement en indigo et devient bleu anthracite une fois la ligne d’horizon franchit. Il n’y a presque pas d’écume, signe de beau temps. A travers la transparence bleutée de l’eau apparait le fond sablonneux, parsemé de cailloux. Mes pieds tâtent au hasard la substance tendre et légèrement visqueuse. Mon corps est propulsé en avant, et les caresses de l’eau ondulent mes membres. Comblée de béatitude, je me dirige vers le bord. 

Le sable fin, brillant et doré, est comme parsemé sur la plage à travers un gigantesque tamis tenu par une main imaginaire. Parfois, la main tremble légèrement, et c’est là que le sable forme des petits monticules. Tous les ans la surface sablonneuse se transforme, balayée par le vent. Les collines se créent, s’affaissent, se déplacent. Chaque fois j’attends les vacances avidement pour pouvoir contempler ce changement subtil et inévitable. Cette plage qui vit, qui se mue, qui change son visage.

J’observe la mer et je réfléchie à l’importance de sa place dans la vie humaine. Chérie, crainte, adulée, la mer offre la vie à travers toutes ses richesses, et provoque la mort par ses coups de colère. 

Submergé par les tracas du quotidien, l’homme gaspille sa vie, mais une fois face à la mer, l’essentiel surgit et transperce son être.  

J’observe la mer pour mieux comprendre moi-même et parfois je communie avec les vagues, je cherche mon chemin vers la liberté. Chaque seconde s’étire et devient comme élastique, et toutes les nuances subtiles de l’univers se révèlent à moi. La brume salée pénètre à travers les narines et purifie mes pensées. J’abaisse mes paupières et les souvenirs évoquant les plaisirs vacanciers déferlent devant mon regard interne tel un kaléidoscope d’images. 

Mon ouïe distingue une musique exquise. De l’arche d’un violon se répand la mélodie intemporelle et invoutante. Comme une âme sœur, le deuxième violon saisie les tournures harmonieuses et réplique par une cadence baroque. Mon cœur ne fait qu’un tour, excité à une idée de se transporter à mes dix-huit ans quand la même musique délectait mes oreilles. C’est une madeleine de Proust sonore.

Quelle succession de moments précieux ! Ma vue, mon ouïe, mes récepteurs tactiles guettent la diversité de la magnificence. Je m’imprègne, je remémore, j’observe la vie dans toute sa splendeur. Les contrastes et l’harmonie, les changements, la subtilité et la densité du monde me fascinent, m’étonnent, m’emportent.  

« La vie est longue, si elle est remplie », disait Sénèque dans ces lettres à Lucilius. J’aimerai remplir la mienne avec les émerveillements devant des fleurs écloses, des paysages harmoniques, et la contemplation esthétique de la nature. 

La matière sensorielle se mélange à l’idéalisme méditatif pour donner naissance à la jouissance esthétique. Faire l’ascèse des divertissements futiles pour se consacrer à la recherche de la beauté universelle. Cette beauté  subjective est presque ésotérique, mais omniprésente.  

0D66ED38-43AC-497E-BC6D-CD31E41CA1A0

Publicités

#Mode : surabondance des tendances

M’sieurs, dames, je vous propose une synthèse, non exhaustive, des tendances de la mode en vigueur.

On va pas se mentir, la gente féminine prendra plus de plaisirs à lire ces lignes, mais pour vous, messieurs, j’ai préparé une mosaïque des photographies mettant en valeur, grâce à l’industrie de la toilette féminine, la beauté et la grace des femmes.

Les couleurs estivales et vitaminées se réveillent…
Les couleurs maritimes qui évoquent les vagues, la mer écumeuse et scintillante, l’horizon, – blanc, vert d’eau, bleu indigo, pastel ont inspiré la collection de Chanel, de Chloé et de Nina Ricci. Le rouge flamboyant rappellent la chaleur et la passion de l’été se trouve chez Dior et Victoria Beckham. Le rose poudré et couleur de parme chez Valentino. Le total look « ultra-violet » chez Zadig&Voltaire.

 

 

Military-style…

Une femme conquérante et légèrement dominatrice, mais toujours élégante se trouve chez Moschino et Nina Ricci. Un chic énergique qui fanfaronne au grand jour.

 

 

 

Habillée en PVC…

Un vrai engouement cet été pour le plastique, un matériel qui, a priori, n’est pas très sexy et écolo… Le PVC transparent pour les chapeaux et les bottes de Chanel, très utiles par temps de pluie. Sans oublier le trench de Valentino en polychlorure de vinyle.

#mode2018#modeplastique2018

Dans nos jardins: les fleurs et les pois se bousculent…
Une autre grande tendance actuelle – les motifs fleuris et toutes sortes de pois – se déplacent de la nature vers nos garde-robes et rappellent délicieusement la douceur de l’été. Ungaro, Dolce&Gabanna, Jour/né, Erdem, en sont friands.

 

Mademoiselle toute en dentelles…
Les dentelles et les volants c’est un autre leitmotiv vu chez Zadig & Voltaire, Gyvanchy, Isabel Marant. Bucoliques, et en même temps glamours, romantiques, mais d’un romantisme sophistiqué, les volants et les dentelles s’imposent pour cet été.

Isabel Marant été 2018

 

La transparence de l’apparence…
Le jeu de séduction ou la libéralisation de l’esprit, si ce n’est pas l’esprit de libéralisation? Le bonnet blanc et blanc bonnet de la mode, comme qui dirait. La maison Saint Laurent, Blumarine, Rochas optent pour les tissus transparents et translucides .

C7DF5F77-B730-41F5-9A89-EF51FCB3B7866E77D0F8-0EC4-428C-9E81-04647CBF3B77

 

Et sportive tu seras…
Le sporty-chic est remarqué lors des défilés de Burberry, Lacoste, Gucci. Une silhouette décontractée aux accents sportifs. Allez hop ! on se met au jogging illico presto!

 

Les graphismes…
Verticales, horizontales, diagonales – c’est le royaume des rayures, pardi. En tailleur, sur un manteau, sur un chemisier, sur un top, sur un blazer, sur une pantalon – les rayures sont omniprésentes. La juxtaposition du blanc et du noir est aussi une favorite de cette saison. Un graphisme enflammé à toute épreuve.

 

I’m old fashioned…
Les épaules accentués, les franges à foison, les pantalons à taille haute, les matières brillantes disco, les manches gigots gonflées au vent, nous transportent quelques décennies en arrière. Tom Ford, Gucci, Versace, Dior se prêtent à ce jeux. Les coupes asymétriques chez Céline, Stella MacCartney, teintés d’un léger sentiment de déjà vu.

tom ford#tomfordversace#été2018tendances de la mode

En cuir et denim…
Intemporel, audacieux, incontournable. Trois mots-clés pour cette tendance. Une fois n’est pas coutume… Dior, Chanel, Givenchy, Alexander Wang font l’honneur à ces grands classiques.

 

 

Les songes d’une nuit d’été…
La maison Dior enchante nos yeux avec les dragons, cœurs, les cartes de tarot…Cette collection est inspirée par l’univers de l’artiste-autodidacte Niki Saint Phalle et son esprit libre, transgressant et délirant. L’œuvre d’un autre artiste, Miró, et son monde surréaliste est célébré par Géorgio Armani. La collection Burberry s’inspire de l’œuvre  de Henry Moore, l’artiste britannique du XXe siècle et l’un des sculpteurs les plus reconnus de son époque. Les imprimés à la Warhol pour la maison Versace. L’art est à la mode, noblesse oblige…

 

 

Lac de Cazaux

 

Bonjour mes chers lecteurs !

Je vous propose de me suivre dans mon escapade autour du lac de Cazaux-Sanguinet qui se situe sur les communes de la Teste-de-Buch, Sanguinet et Biscarrosse sur la côte aquitaine. Le canal des Landes le relie au Bassin d’Arcachon, mais le passage en bateau ou en canoë n’est pas possible car une partie de ce canal (assez étroit, d’ailleurs) est considérée comme une zone militaire et toute navigation est interdite.

Côté superficie, c’est un très grand lac –  55 km2 tout de même! Il est le deuxième plus grand lac d’eau douce de France, après le lac d’Hourtin. Ce magnifique lac au coeur de la forêt landaise s’était formé grâce à la Gourgue, un cours d’eau. Dans le lit de la Gourgue, quatre villages, vieux de plusieurs centaines d’années, ont été retrouvés, engloutis par ce lac tranquille, mais vorace, avec ses eaux transparentes, les plages de sable fin, ombragé par des pins. Comme quoi, il faut se méfier de l’eau qui dort…

D’abord, le village de Matocq, le plus ancien, trouvé à 16 mètres de profondeur du lac. Ce site abritait les vestiges de l’âge de bronze. Puis, le Put Blanc, 700 ans avant J.C, 3 hectares par 13 mètres. Au bord de la rivière antique il avait aussi le hameau d’Estey, disparu à la fin du Ier siècle qui git maintenant à plus de 11 mètres. Enfin, le village Losa, sur la voie littorale gallo-romaine qui reliait Bordeaux à Dax. Ce dernier était la station-étape – une mansio – mentionnée par un texte antique du IIIe siècle « L’itiniraire d’Antonin », en quelque sorte premier guide de voyage connu au monde. Ce village gallo-romain qui existait probablement entre le 1e et IIIe siècle, s’étend sur deux hectares et se trouve aujourd’hui à cinq mètres de profondeur.

Après ce prélude pour vous mettre au parfum – si j’ose dire – passons aux choses sérieuses.😉 Je vous présente le compagnon de notre balade – mon labrador Lucky dit Kiki le Terrible.

6AF1DD18-18BA-4C7F-9EC1-F2CB24803D7D.jpeg

Notre duo de choc a commencé par emprunter une piste cyclable au village de Cazaux, qui fait partie de la commune de la Teste-de-Buch.

AD6D0273-D24D-4879-946D-89139DC85F61B

Sur notre route, nous avons admiré de jolies 💐 fleurs,

de belles et pittoresques maisons en bois, typiquement landaises qui nous ont également fait un clin d’oeil.

Après quelques trentaine (mais non, on est plus rapides que ça) vingtaine de minutes de marche 🚶‍♂️, le lac est apparu:

51ACFF6E-B9A9-4331-AEF0-E5F1F04E9155.jpeg

Moi et Lucky avons décidé de continuer notre route et de contourner la plage de Cazeaux-Lac par le port.

D8DC1D3C-7B90-498C-AF72-8A18848198DE83F414F8-9899-4D54-91B2-0B476F5777381DE9A5F3-B071-4833-A5E0-EDC4F8F9A282C9BF10F4-D46B-41E9-8120-5564619B8316

 

Notre destination finale fut la plage de sable fin de Cazaux-Laouga, splendide et calme.

8E29D0ED-4921-4F90-B7B5-6C914B59859C41C2C4AA-22AF-4D19-8BE9-E1EB5AADFD34

Lucky a testé la température de l’eau et certifie qu’elle est bonne 😀

7A21FAF3-788E-4ABF-8282-90789E4767CC.jpeg

J’espère que notre balade vous a plu! À bientôt 🙋‍♀️

 

 

Les recettes dominicales: petits gâteaux au fromage frais

5F331D8A-0AF1-46C1-B719-CDC229270422

Bonjour et bon dimanche à toutes et à tous!

Je vous propose une petite recette dominicale très simple à réaliser (et vraiment peu coûteuse).

Ingrédients:
250 grammes de fromage frais en faisselle
250 grammes de beurre
200 grammes de farine
150 grammes de sucre
un peu de graines de pavot et de sésame

Mélanger tous les ingrédients à l’aide d’un robot (ou dans un bol, à défaut).
Remplissez vos moules en silicone (la préparation doit être assez liquide).
Enfournez à 200 degrés pendant une vingtaine de minutes.
Saupoudrez avec un peu de sucre glacé une fois les gâteaux sont froids.
Dégustez sans modération ! 😀😋

giphy

Bon appétit!

84EDCB64-1411-4815-8B46-15C8467D3420

La morale

 » Tut, tut, ma petite, dit la duchesse, tout a une morale si l’on cherche bien. »

Alice au Pays des Merveilles de

Lewis Carrrol

29412635_5

Chez les esquimaux, quand un homme ou une femme âgée décidaient d’abréger leur vieillissement, ils ordonnaient à leurs enfants de les étrangler. C’est une tradition.  Une tombe est creusée, le vieil homme s’installe et passe quelques heures à papoter avec ses proches et à fumer une pipe. Ensuite, un des ses fils l’étrangle avec une lanière en cuire d’un geste brusque et fort. Le corps est enseveli sous la terre et un caïrn, ce monument funéraire composé d’un amas de pierres, est érigé sur la tombe.

Pour un homme européen ce rituel semble sauvage et amoral. Mais qu’est-ce donc la morale ? Un recueil des postulats de la vie ? Les traditions et les dogmes ? La réponse n’est pas évidente. Cette notion inventée, semble-t-il, par Cicérone, connaît plusieurs interprétations.  La société change et sa morale change aussi. Les frontières entre le bien et le mal sont transparentes.

Poursuivre la lecture « La morale »

La neige

C57CF7C2-9FC7-4CDF-94DC-3F61AC415998Il a commencé à neiger depuis pratiquement vingt-quatre heures. La route bitumée s’habilla en blanc et les toits des maisons portent désormais les épais chapeaux d’une légèreté éphémère. La particularité dans les Alpes est que la neige peut tomber pendant plusieurs jours. Les flacons sont fins et cristallins. Au toucher, la matière paraît endurcie et glacée. Sur la plaine, dans le Loire-et-Cher par exemple, les flacons de neige sont plus gros, d’habitude. Plus doux et moelleux aussi.

Dans les montagnes la neige est plus rugueuse, plus rigide, mais bizarrement, elle apporte une sensation inouïe de chaleur. Comme une couverture protectrice qui enveloppe le corps de la terre, cette blancheur immaculée couvre votre âme et réjouit votre cœur. Les contours des sommets se confondent avec le ciel, blanchi par la même occasion. C’est uniquement les taches noirs des sapins et les boiseries des chalets contrastent avec cette uniformité rêveuse.

37CEA6E1-A55F-46E9-990B-75F1BB1ED198

Notre imagination nous place dans un cocon blanc gigantesque et plonge notre esprit dans une sorte d’hibernation paresseuse. Quelques courageux, très rares, bravent toutefois la nature sur les pistes de ski où la différence entre la descente et la montée devient confuse, tellement la vue est homogène.

EA8F34A4-B5E9-4ABE-8E1E-3F00B402095E

Par moment, la cadence des chutes de neige s’accélère et l’air devient encore plus oxygéné. Et puis, tout s’arrête, comme si la nature aurait besoin de se reposer…Le soir arrive et allume mille feux nocturnes des guirlandes accrochées aux sapins et devantures des bâtiments. La féérie prolongée des fêtes charme les promeneurs. Le temps n’a plus de prise – un éternel conte de fées narré par la neige s’offre à nous.

600C5991-E40F-4C0E-8FB4-51F07F28C4D6.jpeg

Bonne année ! Happy New Year!

Je vous souhaite une très belle et heureuse année 2018!✨🎉

06F4338C-84CF-4961-BBC7-AC803FC5F72BL’horoscope chinois place cette année sous le signe du chien 🐕 ,  le compagnon fidèle de l’Humain. Que cette fidélité soit omniprésente: dans l’Amour, l’Amitié et l’Attitude générale.

Le début de l’année rime souvent avec le commencement. Le début d’une nouvelle vie, la recherche d’une nouvelle voie, la promesse d’un renouveau spirituel… Cette espérance pimente notre vie et, peut-être, conjure le sort. La puissance de notre pensée est salvatrice.

Rêvez et osez croire aux miracles!

Dans notre famille il y avait une tradition – quand les 12 coups de minuit, le 31 décembre, commencent à sonner, chacun écrit un souhait sur un petit morceau de papier et le brûle avant de noyer ses cendres dans un verre de champagne et de le boire 🥂. Nous croyons dur comme fer que ce procédé permet de réaliser notre cher et tendre souhait 😎

Automne

0B2A0837-345D-4E62-8A74-9880EF8F1559L’automne ensorcelante nous envoûte. Comment échapper à son charme? J’adore cette période de l’année, propice aux réflexions intimes.

J’aime la mélodie des feuilles errants au vent qui voltigent, virevoltent et s’achèvent sur le sol, offrant à la terre un tapis resplendissant. Un nuancier des couleurs rouille, mordoré, jaune et vermeille. Un mélange enivrant des parfums humides et épicés. Le paysage est presque fantasmagorique voilé par le brouillard matinal. La délicatesse du soleil doux qui transperce les particules d’air, translucides et scintillantes.

E5C1DA30-CEEA-4C0F-BC0E-B865F9361632

Les châtaignes noircies roulent à nos pieds. Les épis égarés du blé et du maïs, rongés par les souris, jonchent à travers les chemins des campagnes. Quelques pavots rouges décorent les champs nus, préparés pour l’hiver.

A47D9886-635D-4F04-B5BE-F3BFAE4EFEE4

Et les villes, elles, sont habillées en robe des chrysanthèmes dont le parfum délicat est associé injustement à la tristesse en France. Cette magnifique fleur automnale est appréciée à sa juste valeur au Japon où elle est l’emblème de la famille impériale et le symbole de la puissance et de la joie.

A42CF44F-F5E0-46AB-AF51-5F0AE77E8393

B25DD547-DD91-491A-AC85-4C07EF73525E

Quel bonheur de se prélasser devant le feu de cheminée. Son crépitement, gai et insouciant réchauffe le cœur. On se sent transporté à l’époque préhistorique quand les forces de la nature étaient vénérées et appréhendées.

98319D13-6BFD-4EE4-8469-E90E320A8BE2

 

A cette saison, une certaine légèreté d’esprit s’installe et libère les pensées. Comme par magie, le vent mélancolique balaye les problèmes. La brume matinale endort les envies. La crépuscule diaphane des soirs dissimule les sentiments. Le cœur devient léger et juvénile, les rêves s’envolent vers la quiétude et le bonheur mélancolique. La délicate élégance de l’automne prépare la féérie de l’hiver.

B87AD16D-2CB5-4B62-9E21-D9B54D1A2193

La théorie des probabilités

IMG_1170

Notre monde est tissé de probabilités. Elles s’enlacent, se chevauchent, se construisent, se contredisent. Un canevas complexe. Un pas à gauche, un pas à droite – est le changement imprescriptible s’opère. Un battement de cils, une pensée chasse une autre – et l’histoire n’est plus la même. Les éventualités s’enchaînent, les paradoxes créent l’évidence.

Qui ne s’était pas posé la question :  « Et si j’avais fait ceci ou cela, comment cela aurait influencé ma vie? » La réponse n’est pas évidente. Parfois, ce questionnement peut créer une vrai obsession, accompagnée des regrets. Le choix de son chemin s’apparente à la liberté, mais aussi représente la responsabilité. C’est un inconnu difficilement apprivoisable. Et si nous pouvions changer le passé? Refaire le chemin, forts de nos connaissances des erreurs commises. S’emparer d’une autre probabilité, celle du succès. Toutefois, souvenez-vous de l’histoire d’Orphée, un héros de la mythologie grecque, qui se retourna et perdit à jamais Eurydice, sa femme. Ainsi, symboliquement, les anciens nous mettent en garde: le fait de se retourner, de regarder le passé peut devenir fatal.

A l’échelle de l’histoire mondiale, les mêmes interrogations s’imposent. Quelle serait la France si Napoléon avait gagné la bataille de Waterloo? Il s’en est fallu de peu pour changer le cours des événements: une erreur tragique (ou trahison?) de son général, marquis de Grouchy. L’arrivée de l’armée prussienne en coalition avec les Anglais à la place d’un tiers de l’armée napoléonienne, menée par Grouchy, attendue en renfort, mais qui se « perdit » en route. Les batailles de la vie s’inspirent de la même règle: un facteur imprévisible peut modifier l’issue du combat.

Est-ce que l’espèce humaine aurait connu un tel développement, si une météorite, il y a quelques 65,5 millions d’années, ne s’était pas écrasée sur Terre, provoquant une série d’événements qui entraînaient une extinction massive des dinosaures? Une action en cache une autre. La place du hasard est prépondérante. Le don d’analyser le lien entre la cause et son effet offre une chance inouïe. La chance et le pouvoir de construire son avenir. D’arbitrer les probabilités. « Gouverner, c’est prévoir » disais le journaliste et homme politique Emile de Girardin. Prévoir son bonheur – c’est gouverner sa vie.

Cette aptitude de prévoir se traduit par les capacités d’analyses, le raisonnement par intuition, le fameux « feeling » dont certains ont le secret. Le professeur en psychologie, Daryl J. Bem prétend avoir prouver scientifiquement l’existence de la précognition, la connaissance métapsychique d’un événement avant qu’il arrive. Dans les oeuvres littéraires de science fiction de Philip K. Dick, la précognition occupe la place central. C’est également le thème principal du filme « Minority report » de Steven Spielberg. Un autre écrivain, Isaac Asimov, dans son roman « Fondation » inventa la psychohistoire, une science statistique permettant prédire l’avenir. L’être humain est fasciné par cette possibilité et l’esprit artistique s’en inspire.

Quoi qu’il en soit, d’un point de vue mathématique, la théorie des probabilités existe bel et bien. Née de l’analyse de jeux de hasard au XVIe siècle, elle captive l’attention des scientifiques renommés – Galilée, Leibniz, Blaise Pascal. Elle s’interconnecte avec la science de la statistique utilisée dans de nombreux domaines: la biologie, la physique quantique, les mathématiques financières. L’exemple de la théorie qui se transforme en pratique. Une notion philosophique qui devient une réalité quotidienne. Avez-vous déjà rêvé de pouvoir calculer et prévoir les numéros gagnants au loto? Quelle double satisfaction ce serait – se savoir capable d’accomplir une tâche si sibylline, et de surcroît s’offrir la liberté matérielle!

La probabilité est le synonyme du progrès. Au commencement de chaque recherche scientifique était une éventualité, une hypothèse. La probabilité est aussi l’espoir. L’espoir de réaliser ses rêves, de vivre un amour parfait, de surmonter toutes les épreuves. De connaître le bonheur. L’intensité de la vie se mesure parfois à l’audace des probabilités. L’immensité de l’univers s’ouvre à ceux qui osent supposer la multitude des probabilités. L’esprit qui vagabonde est un esprit libre.

Le hasard qui fait bien les choses est, peut être, moins hasardeux qu’on le croit. Inconsciemment, nos actes, nos pensées, nos souhaits modèlent notre avenir. Savoir maîtriser sa destinée et construire son bonheur, n’est-ce pas un objectif ambitieux? La plume de la vie écrit notre histoire et c’est à nous de l’inspirer…

                                           IMG_1166

Recettes dominicales: vareniki

Bonjour mes amis,

Bon dimanche à tous! Je vous propose cette fois une recette slave « Vareniki ». Le concept ressemble grosso modo à celui des raviolis, mais la réalisation est différente.

Ingrédients:

Pour la pâte:
610 grammes de la farine
25O ml (un verre) du lait
3 œufs
1 petite cuillère de sel
1 petite cuillère de sucre
40 grammes du beurre (je le fais fondre)

Pour la farce:
600 grammes du filet de poulet
1 oignon
3 œufs
estragon, sel, poivre

Préparation de la farce:
Hachez le poulet avec l’oignon. Personnellement, j’utilise le robot mixeur pour aller plus vite.IMG_1139
Faites cuire les œufs durs (8 minutes dans l’eau bouillante) et hachez-les.IMG_1140
Étalez la farce du poulet sur la poêle et faites cuire.
Mélangez avec les œufs et réservez cette préparation.IMG_1141

Préparation de la pâte:
Mélangez bien tous les ingrédients pour former une masse homogène. La pâte ne doit pas être trop liquide, sinon ajouter un peu de farine. Laissez reposer 40 minutes.
Étalez la pâte sur votre plan de travail de cuisine et et formez les ronds à l’aide d’un verre.IMG_1142

Fabrication des varenikis:
Mettez la farce sur chaque rond découpé.
Refermez les extrémités afin de former les demi-lunes des varenikis.IMG_1143
Mettez une grande quantité d’eau à bouillir dans une casserole.
Plongez les varenikis dans l’eau bouillante et faites cuire pendant 10 minutes en mélangeant de temps en temps pour éviter qu’ils ne collent pas entre eux. Normalement, ils doivent remonter à la surface à la fin de la cuisson.
Servez les varenikis avec de la crème fraîche.IMG_1146

Dégustez !
Bon appétit !!